Embellir notre quotidien en cherchant des occasions de nous émerveiller de tout à chaque instant… Apprendre à être et créer avec ce qui nous entoure tout simplement pour retisser les liens entre nous, la terre et tous les êtres vivants.

Nous voici pour un temps limité sur cette terre, notre maison. Tant de richesses sont à nos portes et ne demandent qu'à vous être partagées... C'est en puisant dans les savoirs ancestraux que les besoins d'aujourd'hui peuvent être satisfaits tout en amenant plus de vie autour de nous et en nous. Prendre le goût de faire soi-même, qu'il s'agisse de préparer des petits plats avec les plantes sauvages de son jardin, fabriquer son savon avec trois fois rien, chanter des mantras de toutes les traditions du monde, tout ce qui peut nous aider à nous sentir relié à plus grand que nous et trouver un sens profond à notre existence sur terre.

Préparer son gel d’Aloe vera maison

Préparer son gel d’aloe vera

Cette plante majestueuse, que l’on retrouve à l’état sauvage dans des régions plutôt désertiques se plaît aussi chez nous, à l’intérieur de nos maisons dans une pièce lumineuse face à une fenêtre.

L’Aloe vera est pour moi une incontournable de la pharmacie familiale, c’est le remède de toutes les affections de la peau ; brûlures, plaies, eczéma, irritations, démangeaisons, etc.

Elle stimule la production de collagène et favorise le renouvellement cellulaire, elle est anti-inflammatoire riche d’un nombre invraisemblable de minéraux et vitamines.  Ses vertus, elles les cachent à la manière des chameaux.  En proie naturellement à un climat pauvre en eau, elle concentre son eau à l’intérieur de ses tissus et la garde précieusement.  C’est cette formidable capacité d’adaptation dont on bénéficie quand on se soigne avec son gel.  L’Aloe vera nous fait de nombreux cadeaux.  De plus, elle est considérée par la NASA comme une plante dépolluante captant notamment le formaldéhyde que l’on trouve dans beaucoup de matériaux de nos habitations. Pour rendre autant soin d’elle qu’elle le fait avec nous, il est préférable de l’arroser uniquement quand la motte a bien séché, elle ne supporte pas les arrosages trop réguliers, ce n’est pas dans sa nature…

Grâce à Andy et David, mes stagiaires de la formation NEET à l’asbl AID à Tubize, voici en images la préparation d’un gel d’Aloe vera pur et local à extraire chez vous pour vos préparations de soin et d’hygiène (déodorant, shampooing, soin anti-brûlures, après-soleil, gel pour les cheveux, crème hydratante, etc.)

Une fois le gel extrait, il faut le mixer avec un peu d’eau filtrée ou d’hydrolat de plantes (il conservera plus longtemps et aura une odeur plus parfumée).

Petit conseil :

Quand vous coupez une feuille, laissez d’abord couler le liquide jaune qui en sort, il est riche en anthraquinones, très irritantes tant en usage externe qu’en usage interne. Je vous conseille de couper une feuille entière de manière nette pour permettre à la plante de cicatriser plus facilement et la garder au frigo tout en coupant des petits morceaux de feuille suivant vos besoins plutôt que d’extraire tout le gel en une fois de la feuille entière si vous ne pouvez pas les incorporer directement dans des préparations. Le gel d’Aloe vera est très riche en eau et donc susceptible rapidement d’être colonisé par des bactéries.  Si vous extrayez la totalité du gel d’une feuille, ajoutez quelques gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse (d’origine biologique) pour le conserver plus longtemps et gardez le maximum un mois au frigo.  Le mieux est de l’incorporer le plus rapidement possible à vos préparations.

Photos : David et Andy, Tubize, 30 mars 2017

Fabriquer vos bougies à la cire d’abeille

Dans ma quête du (presque) zéro-déchets, j’ai décidé de remplacer les bougies chauffe-plat à la paraffine (issu du pétrole) qui en plus de me laisser avec un sac plastique et une multitude de petites coupelles en aluminium, sont réputées pour dégager des fumées toxiques (contenant notamment du benzène).

Voici donc comment faire vos bougies à la cire d’abeille…

Il vous faut :

de la cire d’abeille (cire dite de cadre à vous procurer chez un apiculteur)

des morceaux de coton (ici d’un vieux drap de lit déchiré) pour faire vos mèches

des petits pots en verre de récu’p

 

Par étapes :

Faire chauffer la cire d’abeille dans une vieille casserole qui sera consacrée à cet effet.

Couper des morceaux de coton suffisamment longs pour aller au fond de vos pots en verre.

Prévoir des petites cuillères pour stabiliser vos mèches à bougies une fois que vous avez coulé la cire.

Verser la cire fondue dans vos pots en stabilisant une cuillère ou un morceau de bois ou une pince à linge de façon à maintenir vos mèches au milieu du pot.

Laisser durcir.

Une fois durcies, allumez la mèche et laisser la brûler.  Si la flamme est trop puissante à votre goût, éteignez la bougie et raccourcissez la mèche.

Il ne reste plus qu’à profiter des flammes qui dansent dans la pénombre.

 

 

Concert à la lueur des bougies dans votre salon?

Un soir…A la lueur des bougies, au son du charango avec Marie Laduron et au son de la voix de Marie Fripiat, nous vous proposons de partager un concert dans l’intimité de votre salon ou tout autre lieu où vous voudriez l’organiser..

 

 

 

Au plaisir de chanter et jouer pour vos invités

 

Marie et Marie

La slow cosmétique

En attendant de nous rencontrer pour un atelier de préparation de vos cosmétiques faits main, je vous propose d’aller faire un tour sur la plate-forme internet de la slow cosmétique qui est un mouvement de citoyen à l’initiative de Julien Kaibeck, aromathérapeuthe, spécialisé dans les cosmétiques naturels et qui a eu l’idée de rassembler les citoyens mais aussi les fabricants de cosmétiques « slow » ou naturels et ainsi être plus visibles et permettre à de nombreuses personnes désireuses de changer leurs habitudes de consommation de trouver les informations, les conseils et des produits de qualité sur le même site.

Découvrez la Slow Cosmétique

Je viens dans votre jardin…

Je viens avec grand plaisir dans votre jardin pour vous faire découvrir les mille et une richesses qui se cachent derrière les plantes sauvages qui s’y invitent. Vous découvrirez ainsi lesquelles sont comestibles, des idées de recettes culinaires pour épater vos invités, celles qui sont médicinales, les recettes des remèdes de bona fama (bonne renommée) inscrits dans nos traditions. Pour découvrir votre jardin autrement. Libre à vous de faire venir vos amis et/ou votre famille pour partager avec eux les secrets des plantes de votre jardin. (maximum 10 personnes)

Prix: 50 euros/heure + frais de déplacements.août 2009 044