Qui suis-je?

DSCF4381Mon kasala

Me voici fille de la lumière, du vent, de la terre et de l’eau.
Déesse inspirée par les plantes et les arbres.
Héritière des sorcières, de la lignée des femmes qui osent dire qui elles sont dans toute leur beauté, de tout leur amour.
Qui brûlent sans se consumer.
Qui offrent tout leur être.
Je suis la servante des anges de l’amour, du rire et de la joie.

Je suis celle qui aime par-dessus tout se sentir vivante au travers d’une parole, d’une âme, un corps.
Je suis cette âme inspirée que rien n’arrête, pas même les démons qui lui font face
Qui se laisse traverser par la pureté et la noirceur, par le beau et le laid, par l’ombre dévastatrice qui veut me faire douter.
Qui se laisse transformer par la vie.

Je suis celle qui n’a pas peur d’ouvrir la boîte de Pandore quitte à souffrir encore mais qui se relève encore plus puissante sans être écrasante.
Je suis cet arbre aux racines immenses et pénétrantes qui sait prendre sa place sans prendre toute la place.
Je suis cette femme qui s’élève irrésistiblement attiré par les voies, les voix du ciel
Je chante depuis mon coeur
Mon coeur est immense

Je suis Marie, je suis l’amour…

Marie Fripiat – Formatrice/Animatrice aux usages des plantes – Chanteuse

mariefripiat@hotmail.com
0496/47.30.61

 

Mon parcours?

Adolescente, déjà, je pressentais que les habitudes de vie proposées dans notre société occidentale axée sur la consommation n’apportait pas le bonheur véritable et amenait des problèmes affectant les besoins vitaux de toute forme de vie humaine, animale, végétale.  L’air qu’on respire, l’eau que l’on boit, la nourriture que l’on mange sont directement menacés par l’arrivée sur le marché de substances chimiques toxiques, de plastiques, etc.      Ceux-ci s’accumulent dans notre environnement à la sortie de notre douche, de notre évier de cuisine, machine à laver, toilettes et qui, faute d’être décomposées continuent à polluer ce qui est essentiel à notre bien-être, à notre vie sur terre.
Si on n’a pas d’eau potable, un air pur, des terres vivantes sur lesquelles faire pousser des aliments nourrissants, la base de nos besoins fondamentaux est compromise et par là notre santé, pilier principal de notre bonheur.

C’est pourquoi, à l’abri de tout défaitisme, j’ai commencé à réacquérir des savoirs-faire en puisant dans les traditions des générations précédentes et très vite, j’ai senti qu’il était de mon devoir de transmettre, que ces savoirs ne sombrent pas dans l’oubli. Ils constituent une manne de possibles pour changer de paradigme, pour avoir une action à notre échelle porteuse de sens, de plaisir, de créativité infinie…et enfin de bonheur à vivre ici et maintenant.

Retrouver l’autonomie, le plaisir de créer soi-même les produits qui prennent soin de notre corps, notre maison sans compromettre la vie, la nôtre et celle qui est à la sortie de nos maisons, c’est pour moi une façon de trouver un sens profond à notre existence.

Mon parcours de formation continuée a débuté il y a 12 ans.
Je me suis formée successivement à la reconnaissance et la cuisine des plantes sauvages, à l‘herboristerie, à la phytothérapie, à la culture et la transformation des plantes médicinales, à la savonnerie artisanale à froid, à la préparation de cosmétiques naturels et de produits d’entretien naturels. En plus de ces compétences, je me passionne pour le domaine des nouvelles pédagogies au service du vivant et d’une vision circulaire et coopérative en marge de l’approche hiérarchisée et compétitive entre les êtres vivants : la pédagogie bienveillante, positive, l’approche émotionnelle, la communication non-violente, le jeu comme outil d’apprentissage et de dynamique de groupe, l’approche systémique et sensorielle. Je me suis formée à la pédagogie de la coopération avec Isabelle Peloux, directrice et enseignante à l’école des Colibris en France et aux outils d’intelligence collective avec Evelyne Dodeur et l’asbl collectif.

Depuis 2009, je propose des formations et des ateliers alliant théorie et pratique aux adultes dans ces domaines précités en tant qu’indépendante complémentaire en Belgique et en France.IMG_8352

Depuis 2005, je travaille également en tant qu’animatrice et formatrice dans une association ayant pour mission de sensibiliser à l’environnement au sens large (www.crievillers.be), j’ai l’occasion de former des aides ménagères en entreprises titres-services et entreprises de réinsertion, d’intervenir dans des bibliothèques, des CPAS, communes, mutualités, des écoles autour des produits d’entretien, des plantes comestibles et médicinales, des cosmétiques et produits de soin et d’hygiène naturels et enfin de la savonnerie à froid.

J’accorde une importance élevée à l’alliance et les allées et venues entre théorie et pratique, à la construction des savoirs à partir de soi en interaction avec les autres au contact de l’environnement, ce qui est vivant en nous et autour de nous et où l’on est acteur de son apprentissage. Pour moi, et au vu de mon propre parcours, il n’y a pas de véritable connaissance si les sens, le corps n’ont pas pu en faire l’expérience, c’est ainsi que le savoir prend sens et devient personnel ancré dans le vécu de chacun.  On ne l’oublie plus, il fait partie intégrante de nous-même et nous accompagne dans toutes les sphères de notre existence sans séparation.  Tout comme la grande trame de vie dont nous sommes un fil relié aux autres, en interdépendance.

J’entends, j’oublie. Je vois, je me souviens. Je fais, je comprends. Confucius

(…) Après examen, croyez ce que vous aurez expérimenté vous-même et reconnu raisonnable, ce qui est conforme à votre bien et à celui des autres”. Siddhârtha, Kâlâma sutta

FacebookTwitterLinkedInGoogle+EmailPartager